Mais où suis-je ? - ACCUEIL - > ÉLÈVES - > Education musicale > troisième > Séquence n°1/ 3ème : la musique dans la culture hip hop > Éducation musicale 3ème 4 : vidéos supports de cours
Publié : 4 septembre 2019

Éducation musicale 3ème 4 : vidéos supports de cours

vidéos illustrant le cours sur la musique hip hop

Vidéos support de cours



le hip-hop est un mouvement culturel et artistique apparu dans le quartier du Bronx (à New-York) au début des années 1970. Il regroupe plusieurs modes d’expression : la danse (break-dance), le deejaying (DJ), le MCing (rap, beatbox) ainsi que le graphisme (graffiti, tag),. Il est accompagné d’un réel état d’esprit consistant à évoluer sur le plan social d’une manière pertinente et positive.


1) La culture hip- hop en général



Dans les années 60, la communauté afro et latino-américaine reste parquée dans des quartiers pauvres. Dans les ghettos des années 70, le banditisme urbain et le trafic de drogue, les conflits entre gangs et la criminalité inter-quartiers font partie du quotidien. Des groupes identitaires luttent pour l’égalité entre noirs et blancs, la reconnaissance d’une identité noire et la fin de la ségrégation. Certains sont pacifistes (Malcom X, Martin Luther King), d’autres révolutionnaires (Black Panthers). En parallèle, ces revendications politiques et la protestation sociale se font à travers l’art et la musique noire, qui s’impose à travers la soul et le funk (James Brown, Steve Wonder), dans un état d’esprit positif. Autour de la Zulu Nation (organisation porteuse de valeur comme la non-violence) crée par Afrika Bombaataa (ancien chef de bande des « black Panthers), des fêtes de quartiers, les block parties, se mettent en place progressivement. Les D.J. (disc jockey), apparus au début des années 70, enchainent les morceaux de musique funk, soul, reggae et disco, sur lesquels le public réalise une danse basée sur des figures acrobatiques (les B-Boys) qui donna naissance au break-dance. Vu le succès de ces manifestations, les DJ se sont entourés de maitres de cérémonie (MC) qui scandent des textes en rythme et en rime, généralement de manière improvisée, afin de chauffer le public pendant les breaks (court extrait mis en boucle pour maintenir le public en haleine entre 2 morceaux), donnant naissance au rap : des battles de rap voient le jour. Le rap sert à décharger toute la pression du quotidien dans un esprit créatif et artistique.


Pour mieux comprendre :


Une vue sur le quartier du Bronx, à New York, dans les années 70 et 80.




Voici un lien qui vous permet de voir des clichés du Bronx dans les années 70 (travail du photographe américain né au Chili, Camilo José Vergara) :

http://mashable.france24.com/styles/20160204-new-york-1970-vergaras


La vie dans le Bronx aujourd’hui




2) La musique hip-hop ou le rap



a ) Origines et influences


Le rap se rapproche de la culture africaine (chant scandé du griot/polyrythmies de percussions africaines). L’ancêtre le plus proche du rap est le spoken word (« mot parlé », apparu au début des années 1930 avec le Golden Gate Quartet). Le rap s’inscrit donc dans la continuité des musiques afro- américaines (work songs, field hollers, negro spiritual, gospel) et a été influencé par d’autres genres musicaux (le reggae et ses sound system, le blues, le rhythm and blues, la musique soul, le funk, le jazz…).
Exemple de chant des griots africains




Exemple de polyrythmie africaine (extrait à 4,44 mns)




Technique du "spoken word". Ex : Preacher and the Bear, the Golden Gate Quartet (passages en parlé rythmé)




Les musiques des esclaves (fieldhollers et work songs) et les cantiques religieux (negro spiritual et gospel) font partie des origines du rap.


exemple de gospel "When I Rose this morning"




Musiques écoutées par les blacks américains dans les années 60 (rhythm and blues, jazz, soul, funk, pop)



Stand Be me, de Ben E King (1961) musique soul ( musique populaire afro-américaine ayant émergé à la fin des années 1950 aux États-Unis, dérivée, entre autres, du gospel et du rhythm and blues. Elle est considérée par certains comme un retour du rhythm and blues au gospel)




I got a woman ,de Ray charles (1954) musique soul




I feel good, de James Brown (1964)




I’m black and I’m proud, James Brown, musique funk (Issu principalement de la soul et du jazz, le funk se caractérise par la prédominance de la section rythmique (guitare, basse, batterie) qui joue des motifs syncopés, la présence fréquente de cuivres ou de saxophones sur des ponctuations rythmiques (riffs) ou bien des solos, et de manière générale, par la grande place accordée aux instruments.)




b) Définition de la musique hip-hop



Définition : forme de chanson populaire scandée et saccadée dont l’accompagnement à dominante rythmique est remixé par un DJ en manipulant des disques vinyles, afin de permettre au rappeur (MC) d’exprimer son flow. Apparu au début des années 1970 dans le Bronx, il a acquis une popularité de plus en plus grande au fil des années 1980. Le rap, comme le reste de la culture hip-hop, cumule un aspect festif et un aspect contestataire.


c) Évolution du rap


Il apparait au début des années 70, dans le bronx à New-York.


Sugarhill gang, avec son tître "rapper’s delight", le premier tube de rap sorti en 45 tours en 1979





- A la fin des années 70, le rap est devenu le nouveau style musical à la mode et va rapidement dépasser les frontières (une Zulu Nation officielle est crée en France dans les années 80).
- Au début des années 80, les block parties voient naitre des stars du rap (Grandmaster Flash ou Afrika bambaataa).


The message, de Grandmaster Flash (1982)





- le milieu des années 80 est considéré comme l’âge d’or du rap aux USA.


Chek out the radio, de Public Enemy (1985)





- le début des années 90 marque la naissance du rap revendicatif où les textes prennent une importance capitale. C’est aussi la naissance de monstres sacrés (Wu-tang Clan, Dr Dre, Snoop Dog, 2Pac, Notorious BIG, Coolio, puis les Fugees, Jay-Z) et la création de labels très puissants. Le rap touche également les populations blanches dont provient une part croissante des rappeurs, (Eminem, par exemple) et se mélange aussi aux autres genres : rock et métal avec la fusion et le rapcore, trip hop avec le hip-hop expérimental, musiques traditionnelles (rap celtique) ou encore électroniques.


Who Am I (what’s my name ?), de Snoop Dogg (1993)




Bonnie and clyde, Eminen (1997)





- la décennie 90 est considérée comme l’âge d’or du rap en France (NTM, SNIPER, Assassin, IAM ou Fonky Family, Arsenik, KDD, Oxmo puccino, doc gynéco, lunatic…) : on exprime des valeurs et le succès n’est pas le but mais la finalité.


Sauvons la nature, de Assassin (1993)





- Depuis la fin des années 90, on assiste à une véritable explosion de rap dans le monde. La commercialisation fait apparaitre de nouveaux styles (gangsta rap, rap egotrip) prônant des valeurs ultra-machistes (femme, sexe, luxe, violence)


Life’s so hard, de Tupac, exemple de gangsta rap





- Depuis les années 2000, le rap est populaire dans le monde entier. Un exemple au Japon, avec Kohh.




3) Le slam



Il est né dans les années 80 aux États-Unis et s’est développé en France depuis 1998. C’est un art oratoire caractérisé par l’esprit de partage, la convivialité et la liberté d’expression. Le mot désigne aussi le tournoi de déclamations qui en découle, présenté en live (bars, mini scènes improvisées…). Le Slam est une forme de poésie orale très présente dans la mouvance Hip Hop. A mi-chemin entre le Rap et la Poésie, à l’origine récité a cappella, il peut être récité sur un fond musical.Les représentants les plus connus en France sont Grand corps malade, Abd Al Malik


Le Blues de l’instituteur, Grand corps malade




Les autres, de abd al Malik




Cette oeuvre s’inspire de "Ces gens-là", de Jacques Brel




4) Le Beatbox



Il consiste à imiter uniquement grâce à la voix, une boîte à rythmes et de nombreux instruments. Il a eu un grand succès dans les années 1980 avant de décliner pour revenir vers la fin des années 1990.




Joel Turner en concert à Sidney




le groupe block beatbox




Pour terminer,faire du beatbox avec le logiciel "Incredibox"


5) bonus : la technique du sample



Voici une vidéo exposant des exemples de sample dans le rap, il sont nombreux !




Celle-ci présente des samples récents (2017)




Vous pouvez encore trouver bien d’autres exemples de sample sur le site SAMPLEUR/SAMPLÉ